Comment parlent nos marmaillots, Jérôme Serme, n°9, décembre 1997, 6 pages

L’ARRH a collaboré avec le collège des Combes de Rive-de-Gier pour mener une enquête sur la survivance et le dynamisme du parler local. L’enquête a été menée par les élèves de sixième du collège auprès de 442 personnes d’âge, de sexe et d’origines différents. Il s’agissait de tester leur connaissance d’une quarantaine de mots locaux, ayant trait à l’enfance.

Les conclusions sont les suivantes:

-déperdition du vocabulaire régional; la majorité des personnes connaît moins de 10 mots de la liste et ce sont les personnes les plus âgées qui connaissent le plus de mots.

-un petit noyau de régionalismes reste vivace, avec une petite dizaine de mots connus des plus jeunes et quelques mots connus par des « étrangers » à la région, ce qui veut dire que ces mots sont utilisés.

– si les agriculteurs ont en général une assez bonne connaissance des régionalismes, le niveau d’étude n’est pas un critère puisque les personnes ayant fait de longues études n’ont pas un niveau de connaissance des régionalismes inférieur à la moyenne.

On peut donc constater que la transmission du patrimoine linguistique continue de se faire en partie mais qu’il est urgent de recueillir le vocabulaire en voie de disparition.

Publicités

Les commentaires sont fermés.