Si Sainte-Croix nous était conté…, Michelle Blanc, n°9, décembre 1997, 11 pages.

Relation d’une visite guidée de la Chartreuse de Ste-Croix, le 28 octobre 1996, sous la direction de M.Jeanty. L’article décrit la chartreuse de Ste-Croix, dans ses différentes parties:

– le cimetière des frères ou des laïcs où des fouilles de 1993 ont mis à jour des ossements et des « dizainiers » pour égrener les « pater ».

-le choeur de l’ancienne église, devenu la chapelle mortuaire de Beatrix de la Tour, de Béatrix de Roussillon et de Thibaud de Vassalieu; des fresques des XIII-XIVe s (école de Giotto?) sont encore visibles au-dessus du tombeau de Thibaud.

-l’église actuelle et son mobilier dont une « copie conforme » du Martyre de St-Sébastien de Mantegna conservé au Louvre (à moins que l’oeuvre du Louvre ne soit la copie?…)

-Dans le corridor entre les deux cours, le logement des hôtes de passage, la cuisine, la Bibliothèque, l’ermitage du Père Prieur.

-la cour des « Pères » et les traces du cloître qui desservait les 14 ermitages dont les dessus des portes sont encore ornés de blasons. C’est dans cette cour que devait se trouver le cimetières des « Pères ». Au fond de la cour, on peut visiter un Ermitage réaménagé, ce qui permet d’imaginer la vie quotidienne austère de ces Chartreux qui avaient fait voeu de silence et de solitude.

Publicités

Les commentaires sont fermés.