Le puits du Bois, Maurice Bedoin, n°20, février 2008, 8 pages

 A été creusé en 1810 par les concessionnaires du Sardon, d’abord jusqu’à 200 m puis 265 m; le résultat a été décevant car les mineurs n’ont rencontré que des lambeaux de veines houillères. L’exploitation a été arrêtée en 1886 par la Société des Houillères de Rive de Gier au moment de l’abandon des exploitations du secteur Sardon-Marthoret-Gourd Marin-Lorette. Une petite activité de « glanage » a repris entre 1893 et 1901. En 1904, une tentative a été faite pour reprendre l’exploitation de manière rationnelle et exploiter des sites encore vierges: le puits a été recreusé, on a mis en place un chevalement métallique et installé des machines; pour cela la Société anonyme des Houillères de Rive de Gier a émis des actions de 100F achetées par des milliers de petits porteurs. Les difficultés techniques ont arrêté les travaux en 1912 et le cours des actions s’est écroulé à 3,89F en 1912. En 1946, après la nationalisation des Charbonnages, on a tenté de reprendre l’exploitation, tentative abandonnée en 1949. Un article du Progrès de sept-oct 1956 montre une photo du chevalement et réunit 3 témoins de l’explotation passée. L’article est accompagné de photos et du fac-similé d’une action de la Société anonyme des Houillères de Rive de Gier.

Publicités

Les commentaires sont fermés.