Archives de Tag: canal

L’exploitation du canal de Givors entre 1784 et 1786, Rolland Fournel, n°17, novembre 2004, 23 pages

En 1784, le canal est ouvert à la navigation depuis 3 ans. Cette infrastructure révolutionne le transport du charbon et les conséquences économiques, urbaines et sociales sont considérables. Rolland Fournel traite dans le détail de l’organisation et du fonctionnement de la Compagnie du Canal, des difficultés qu’elle rencontre et de sa prospérité durant ces années.

L’Hôtel du Canal, deux siècles, deux destins, Anne-Marie Masson, Antoine Pouilloux, n° 11, décembre 1999, 19 pages

Après les heurts et malheurs des Zacharie père et fils , la Cie du Canal se trouve enfin en 1790 dans une situation de prospérité plus que satisfaisante et elle pense enfin à réunir dans un seul bâtiment ses bureaux perdus au milieu des entrepôts et ses employés dispersés dans la ville.

Il semble que ce soit un simple maître d’œuvre, inspiré par des travaux lyonnais qui ait conçu cet édifice imposant en pierre de Choin avec son pavillon central , réalisé à la manière de Claude Nicolas Ledoux. La construction entreprise en 1792 sera interrompue par les évènements révolutionnaires mais reprendra dès 1794 pour se terminer en 1796.

Les deux auteurs de l’article décrivent son aspect extérieur avec une certaine moue ….mais mettent bien en évidence la fonctionnalité des deux ailes quasi symétriques rappelant qu’au premier étage, se trouvaient les salles de réception et des appartements pour les administrateurs et les hôtes de marque.

La construction du chemin de fer ( 1830) sonne la fin de la prospérité de la Cie du Canal et la navigation cessera en 1878. L’Etat achète le canal et sa  » maison  » et ne cesse d’inciter la Municipalité à acquérir cette dernière afin d’en faire l’Hôtel de Ville. Ce sera chose faite en 1892. Divers services viendront aussi s’y installer pour un temps plus ou moins long : Postes, Gendarmerie, Police, Justice de Paix.

La construction du canal de Givors vue par un contemporain, G.Gardes, n°3, décembre 1994, 11 pages.

C’est la réédition du récit écrit par Sain de Manevieux en 1779 de la construction du  1er tronçon du canal « du Rhône à la Loire », de Givors à St-Romain -en -Gier, entre 1763 et 1768. Il raconte les efforts de Zacharie pour obtenir l’autorisation ministérielle, l’opposition des riverains, la détermination de Zacharie qu’il présente comme peu scrupuleux pour remplir ses obligations, entêté et peu compétent.

La construction du barrage de Couzon, R.Fournel, n°2, juin 1994, 9 pages.

Ce barrage a été construit pour alimenter le canal qui reliait Rive-de-Gier à Givors, ouvert à la navigation en 1780 à cause de l’irrégularité du débit du Gier. Les travaux du canal et son exploitation étaient dirigés depuis 1774 par la Cie du canal à actionnaires lyonnais et parisiens, qui avait pris la suite des Zacharie père et fils ruinés. En 1784, la Cie a renégocié sa convention avec l’état, a obtenu la propriété du canal à perpétuité (qui devenait un fief avec les privilèges liés)et s’est engagée à construire le barrage. Le modèle a été celui du barrage de Saint Ferreol qui alimente le canal du Midi, les plans et devis envoyés en 1787 et les lettres patentes du Roi confirmées par un arrêt du parlement le 6 septembre 1789. Malgré l’opposition des propriétaires du terrain (qui avaient été invités à donner leur avis), les travaux commencèrent aussitôt et durèrent 22 ans, de 1789 à 1812. Ils furent interrompus à plusieurs reprises par les troubles de la révolution et ne se déroulèrent normalement qu’à partir de 1799. L’achèvement en 1812 a du consolider le monopole de la Cie du canal sur le transport des marchandises et de la houille de St-Etienne à Givors.

Le canal et le barrage représentaient un remarquable ouvrage de génie civil, d’un coût élevé mais des fuites apparurent dès la mise en eau puis 10 ans plus tard, ce qui nécessita des réparations et la construction du bief de la rive gauche.

Par la suite, la Cie réalisa la gare des bateaux à Givors; le prolongement du canal jusqu’à St-Chamond ne se fit pas à cause de la pente trop forte et de la concurrence du chemin de fer (à partir de 1830). Le prestige de la Cie se voit encore dans son siège prestigieux qui est l’Hôtel de Ville de RdG. Le canal était abandonné à partir de 1880, mais 100 ans après la construction du barrage, il devait servir à l’alimentation en eau potable de Rive-de-gier.

L’article est accompagné de 4 photos et d’un plan de coupe et des extraits des lettres patentes du Roi.